Les frères Martel à la Villa Cavrois


Cinq œuvres des frères Martel, ont pour l'instant, étaient identifiées comme ayant été présentes dans la Villa Cavrois. Ces jumeaux sculpteurs, d'origine vendéenne, amis de Robert Mallet-Stevens et membres fondateurs comme lui de l'UAM (Union des Artistes Modernes) ont donc laissé une empreinte de leur passage dans la demeure.


Ce sont la belette qui est actuellement visible sur le meuble en poirier de la salle à manger parentale. Cette sculpture animalière a beaucoup voyagé, puisqu'on l'identifie tour à tour dans le fumoir et dans le hall salon, sur le rebord de la cheminée. 




Une autre création a du être refaite à l'identique, il s'agit de la fresque présente dans la salle à manger des enfants. Ce haut relief, une réalisation de Jan et Joël Martel, est définitivement détruit, mais une réinterprétation due à Sylvain Bieth a pris sa place. 



On a également identifié un chat assis en position égyptienne dans le fumoir, derrière le combiné téléphonique, sur certains clichés d'époque. Ce chat est actuellement visible dans un musée de Vendée, à Fontenay-le-Comte.



Sur ces deux clichés pris, en 1934, dans le fumoir de la Villa Cavrois, on distingue une sculpture derrière le meuble téléphone. Il s'agit de la représentation d'un chat en position assisse sur ses pattes arrières, position dite égyptienne. Paul-Hervé Parsy nous a confirmé ce que nous pensions, c'est une réalisation des frères Jan et Joël Martel. Au même titre que le haut relief présent dans la salle à manger des enfants et de la belette (appelée souvent à tort hermine) deux autres œuvres de ces frères jumeaux, la Villa Cavrois a donc eu dans ces murs, pendant un temps, et tout au moins à son origine, une troisième création de ces deux artistes.


Gros plan sur la tête de chat sculptée par les frères Martel. 






Une quatrième œuvre de ces jumeaux a été identifiée dans la Villa Cavrois. En effet sur les photographies prises en 1934 et retrouvées au Centre Canadien d'Architecture à Montréal (Québec) on voit sur le meuble du hall-salon une sculpture animalière des frères Martel, le pigeon à queue plate.


Voir le site consacré aux frères Martel


La taille des poignées des tiroirs donne une idée des dimensions de cet objet. Son aspect semble uniforme, sans doute un bronze. 

On sait que les frères Martel ont employé de nombreuses matières diverses, des plus connues comme le marbre, le verre, la pierre, le bronze, le plâtre, le ciment, le bois, le métal jusqu'au nouvelles possibilités, tel le lap, le lakarmé, la galalithe, le rhodoïd, le plexiglas, la frégolithe, la bakélite, etc. 


Vue du hall, Villa Cavrois à Croix, France (1934). Architecte Robert Mallet-Stevens. Epreuve argentique à la gélatine 15,9 x 21,9 cm (composition). Photographe inconnu. Collection Centre Canadien d'Architecture / Canadian Centre for Architecture, Montréal (CCA).

Sur la page Facebook des Amis de la Villa Cavrois, un correspondant, Marc Vancaelemont, avait suggéré qu'il pouvait s'agir du pigeon à queue plate. Cette sculpture date de 1925, ce qui est compatible avec sa présence dans le Villa Cavrois en 1934. Il en existe plusieurs modèles dans différents matériau comme le bronze, le bois, le marbre, la pierre reconstituée, le plâtre. On la connaît aussi sous d'autres appellations comme le pigeon ramier ou le pigeon boulant.












On connaît aussi un plâtre d'atelier original (ci-dessous), signé au crayon sous la base. Epoque Art Déco, vers 1925. Hauteur 25 cm, longueur 27 cm, largeur 12,8 cm. La signature sous la base a été confirmée par Mlle Martel.



Une cinquième œuvre a été identifiée également par Marc Vancaelemont sur une étagère de la bibliothèque du bureau de Paul Cavrois.


Le Centre Canadien d'Architecture de Montréal offre encore deux photographies du bureau de Paul Cavrois, particulièrement de la bibliothèque : une plaque [bronze ou bronze doré] y est clairement visible qui reprend un motif des frères Martel : " Saint Christophe portant l'enfant Jésus ". Ce qui porte bien le total à cinq !




Le site dédié aux frères Martel présente le même motif, mais pour une plaque en biscuit, et sans doute plus grande (61 x 42 x 3 cm). Toutefois une sculpture en pierre ciment a des dimensions compatibles avec la hauteur des étagères de la bibliothèque (27 x 18 cm).


Les deux clichés du CCA avec cette plaque sculptée des frères Martel



Marc Vancaelemont a ajouté : En ce qui concerne les dimensions, la distance entre étagères de la bibliothèque étant de 30 cm environ, cette plaquette semble avoir été réalisée à échelle moitié : 30,5 x 21. ... avec le plaisir d'avoir apporté ma pierre (brique !) à l'édifice.